Encore aujourd’hui, la prostate, petit par sa taille mais immense par son potentiel jouissif, reste un sujet éminemment tabou et aussi un grand mystère.

Il est malheureux de constater que la plupart des hommes, hétérosexuels, passent une très grande partie de leur vie à ignorer leur prostate. C’est souvent la quarantaine passée, que pour stimuler une libido qui commence à s’essouffler, ils partent à la recherche de nouveaux plaisirs, qui pourraient redonner un coup de fouet à leur sexualité. Peut être aussi parce que la notion de performance n’est plus à l’ordre du jour, ou bien, parce que l’image de l’homme actif pénétrant, n’a plus autant de prépondérance.
Également, et c’est encore plus malheureux, quand ce sont pour des raisons de santé, qu’il leur devient impérieux, de porter enfin un regard plus attentif à leur analité, et plus particulièrement à leur prostate.

Extrait de la série d’interviews d’Élise Di à Christian @La Casa Dorada

Elise: Alors dis-nous Christian, comment prendre du plaisir en stimulant la prostate ?

CHRISTIAN: Avant toute chose, il est important que l’homme hétérosexuel se défasse des représentations négatives et des préjugés sur l’analité en général et sur le plaisir anal en particulier. Puisque pour atteindre le plein potentiel d’une stimulation bénéfique de la prostate, il faudra nécessairement passer par une pénétration anale, et par là même porter un regard nouveau sur cette partie du corps tellement négligée.

Il est important que l’homme hétérosexuel se défasse des représentations négatives et des préjugés sur l’analité en général et sur le plaisir anal en particulier.

L’idée première de saleté et de dégoût viennent souvent contrebalancer la curiosité que devrait inspirer cette partie du corps. Lié, en plus, à une représentation indéniablement homosexuelle ou à une forme de soumission, les hommes y voient le risque de perdre leur virilité, leur masculinité. Ces représentations prennent parfois des années à se diluer, voire ne sont jamais remises en question, tant la place de l’anal est tabou dans bon nombre de cultures.

Seulement voilà. Passé la quarantaine ayant moins à prouver, la curiosité va parfois s’éveiller sur le tard, notamment pour ceux qui pensent avoir tout exploré, lors de relations sexuelles, disons plus traditionnelles.

Et lorsque ce n’est pas la curiosité, c’est un problème de santé, qui va nécessiter une attention toute particulière sur cette zone. Il est important de rappeler que le cancer de la prostate est l’un des tout premier cancer chez l’homme.

ÉLISE: Peux-tu nous en dire un peu plus sur l’anatomie de la prostate …

CHRISTIAN: Sur un plan anatomique, la prostate est une glande de la grosseur d’un gros marron, située en dessous de la vessie et qui entoure le canal de l’urètre. Lorsque celle-ci est gonflée, ce qui arrive en général avec l’âge, l’homme éprouve des difficultés à uriner, puisque l’urine ne va pas pouvoir circuler normalement. Ceci peut également amener des problèmes au niveau sexuel et en particulier sur la capacité à obtenir des érections fermes et durables..

Il faut savoir que la prostate à un rôle prédominant dans le cadre de la sexualité reproductive. C’est elle qui libère la sécrétion du liquide séminale, favorisant la circulation et la protection des spermatozoïdes. Elle libère également le liquide prostatique, qui lui, favorise la survie du sperme lorsqu’il se trouve en contact avec l’environnement acide de la muqueuse vaginale.

schéma du système reproducteur masculin

ÉLISE: Mais plus particulièrement pour en revenir au plaisir anal ?

CHRISTIAN: Sur le versant plus hédoniste, le plaisir prostatique n’est pas l’unique source de plaisir anale, mais seulement une de ses composantes, même si cela en constitue l’un des points d’orgue.

En effet, pour certaines personnes, hommes et femmes, il peut y avoir en premier lieu le plaisir de la sensation de dilatation, d’élargissement de l’anus. Ressentir la lente et progressive ouverture.

Pour d’autres, va s’ajouter le plaisir de la sensation de remplissage, avec un ou plusieurs doigts qui s’introduisent ou par l’utilisation d’un plug, d’un godmiché ou de toute une série d’accessoires divers et variés et de grosseurs parfois impressionnantes ! La pratique du “fisting”, l’introduction du poing entier (fist) dans la cavité anale, mélange ses deux sensations intenses d’élargissement et de remplissage. Mais pour le moment le fisting anal est surttout pratiqué dans la communauté gay.

Toujours pour les hommes et les femmes, il y a l’orgasme du coccyx qui nécessite un peu de pratique à la fois pour celui qui agit et celui qui reçoit. Il s’agit de stimuler du bout des doigts les petites cavités qui se situent de part et d’autre de la terminaison de la colonne vertébrale. Cela peut provoquer un orgasme fulgurant qui remonte la colonne vertébrale jusqu’au sommet du crâne. Je reviendrais sur cet orgasme qui est relativement peu connu et peu pratiqué dans un prochain blog.

Pour atteindre un orgasme prostatique, sa stimulation par massage doit être empreinte de douceur et d’une attention particulière.

Les Taoïstes disent que c’est dans cette zone que l’énergie de la terre et l’énergie sexuelle sont combinées et transformées avant de monter vers les centres supérieurs pour nous connecter avec une autre dimension.

Vient enfin le plaisir prostatique, qui nous occupe aujourd’hui et qui est, lui, propre aux hommes, puisque les femmes n’ont pas de prostate. Bien que ce soit une forme de plaisir qui se rapproche du plaisir féminin (puisqu’il vient plus lentement, plus progressivement), l’orgasme prostatique va amener à un type d’orgasme dont on ne va pas pouvoir contrôler le déclenchement.

Dans l’optique de ce type d’orgasme, il faut savoir que la prostate est un organe très innervé et non protégé par un épiderme, il est donc très fragile et très sensible. Ainsi, pour atteindre un orgasme prostatique, sa stimulation par massage doit être empreinte de douceur et d’une attention particulière. Un toucher subtile et des ongles courts sont indispensables !

Aneros, stimulateur de la prostate

ÉLISE:Alors, comment amener l’homme à dépasser ses préjugés pour qu’il s’autorise ce plaisir divin?

CHRISTIAN:Avant tout ce qui est important pour l’homme c’est de sortir du conditionnement social et culturel, ensuite, de changer son approche du plaisir, d’être dans la subtilité et la lenteur. Dans la conscience à travers la respiration pour faire circuler la sensation, puisque celle-ci est le prémisse de l’énergie, la progression vers le plaisir.

Le cheminement vers un changement de la perception du plaisir est assez extraordinaire, puisque cela demande un lâcher prise total, un abandon complet de soi-même. Et la respiration va avoir un rôle prédominant dans cette ascension au changement.

Ce que nous enseignons lors de nos ateliers, tend à changer de manière positive la perception du plaisir. L’analité est au cœur de bon nombre de nos enseignements, puisqu’elle est un pan important de la sexualité masculine et féminine.

Le plaisir anal n’est pas dans l’instantanéité, mais dans la lenteur et l’intensité. On comprend alors qu’il n’est pas nécessaire d’atteindre un pic, puisque cette ascension est plus lente, beaucoup plus intense et diffuse. Le but de cette lente progression étant d’atteindre le Big O, le Grand Orgasme, où, comme je le dis souvent, le but n’est plus d’avoir un orgasme mais d'être un orgasme !

En plus d’un plaisir infiniment puissant, le massage prostatique est définitivement recommandé pour une prostate en bonne santé.

ÉLISE: Comme nous venons de le voir, l’analité et le plaisir prostatique sont éminemment tabou. Comment est-il alors possible pour les hommes et pour les femmes, de changer leur vision et leur pratiques, afin de développer une nouvelle relation sensuelle entre eux et axée sur le plaisir anal?

CHRISTIAN: Pour commencer, j’ai élaboré une forme de médiation, qui est avant tout un rendez vous pour les couples homme/femme, pour se retrouver dans une nouvelle forme d’intimité. Une pratique alliant plaisir, sexualité bienfaisante et préventive afin de diminuer, entre autres, les risques de développement de nombreux cancers, comme le cancer de la prostate pour les hommes et du sein pour la femme.

Il s’agira de mettre en place un moment d’intimité, dont le temps est défini à l’avance (entre 15’ et 45’) et d’une durée égale, où l’homme pratiquera un lent massage de la poitrine sur la femme, qui s’ensuivra d’un doux et lent massage de la prostate de l’homme, par la femme, le tout au rythme d’une respiration abdominale consciente.

Par la suite, pour répondre à de nombreuses demandes et questions provenant de toutes parts, y compris de nombreux gays, nous avons mis en place le stage “FONDATION – Happy Ass”. Un stage intense et résidentiel de 4 jours, pour hommes et femmes, entièrement dédié à l’anal. C’est un stage qui mélange à la fois, la découverte, le plaisir, le lâcher prise et la libération d’émotions profondément enfouies. Ce stage aura lieu cette année à La Casa Dorada du 23 au 29 Mai 2021. Pour plus d’informations (clic).

Vous êtes intéressé par les articles de nos blogs?

Subscribe